La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pierrem4a3
Nouveau


Nombre de messages : 4
Age : 47
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 29 Déc 2009 - 19:18

Bonjour

Je recherche toutes documentations, information, photos , témoignages ou nom de l'équipage du Sherman M4A3 portant le nom de Therese du 1/1 RMSM

Apparemment ce Sherman a été livré à la 2è DB juste après la libération de Paris en remplacement d'un Stuart M3A3

Je restaure ce char actuellement

Merci pour votre aide

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dan77
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 02/10/2017

MessageSujet: Char thérèse   Lun 2 Oct 2017 - 14:41

Bonjour
Fils d'un pilote de char de la 2ème DB de septembre 1944 jusqu'à la fin du conflit, je recherche des informations sur le char M4A3 "Thérèse" qui fut  - je le pense- celui que mon père pilotat.
J'ai retrouvé quelques photos prises en Alsace et durant la campagne d'Allemagne.
Merci pour vos réponses
Cdlt
Daniel ELIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Lun 2 Oct 2017 - 15:47

Bonsoir,
Il serait intéressant de diffuser quelques photographies du Thérèse, il y en a si peu des shermans du rmsm...
Merci
Cordialement
Berthonval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dan77
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 02/10/2017

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Lun 2 Oct 2017 - 16:29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Lun 2 Oct 2017 - 17:47

Merci pour ces beaux clichés! Very Happy

Nous connaissions celle ci:

sherman M4A3 75mm 1er escadron, Thérèse2, immatriculé 963xx

La quatrième photo semble prise avec le RBFM, on aperçoit sur le premier char TD M10 le nom Eclair (les tourelles sont en position de route,tournées vers l'arrière,on voit les ouvertures des trappes de l'aide pilote (n°95290 1 peloton 1escadron du RBFM)

La 5ème sur une autostrade en Allemagne...on ne peut lire le panneau Confused

Cordialement
berthonval


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dan77
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 02/10/2017

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 12:42

Merci pour ces précisions.
J'ai aussi retrouvé la trace de mon père dans l'annuaire 2ème DB de 1949 au 1/1 RMSM.
Voilà qui va m'aider pour écrire un petit ouvrage sur l'histoire des membres de ma famille à destination de mes enfants et petits enfants.
Si je retrouve d'autres clichés, je ne manquerais pas de venir enrichir ce forum.

Cdlt
Daniel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1342
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 13:30

Bonjour,

A l'EM du 1RMSM il y avait déjà deux Shermans M4A3 76mm avant Paris, un de ces deux chars portait le prénom DOROTHY. Les M4A3 avec 75 & 76mm sont arrivés vers le mois d'octobre/novembre au 1er Escadron, qui d'ailleurs sera le seul escadron équipé de ce type de char. Il existe très peu de photos et d'infos au sujet de ces chars, ce n'est même pas sûr que les trois pelotons en ai eu. Les seules photos de ce type de char au sein du 1/1RMSM sont des chars qui portent des n° commençant par 1 donc 1er Peloton.

Cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Dan77
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 02/10/2017

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 14:51

Bonjour Laurent

Merci pour ces précisions.
Effectivement "Thérèse" était le N° 14 comme indiqué sur les photos.

J'ai vu Pas mal de chars M4 vers 1965/1966 au camp de Satory. Ils étaient sur des wagons plateau, garés le long de la N10.
Quand on passait devant, mon père les regardait et essayait de retrouver le sien. Mais en vain, je pense...
En 20 ans celui-ci devait avoir changé - si ce n'est de nom - au moins d'apparence.

Après un début de guerre cahotique (mobilisé en 1940, il finit à Arros dans les landes), il s'engage en septembre 1944 dans la 2ème DB.
Il devient pilote de ce char, le conduira jusqu'en Allemagne et jusqu'à la fin du conflit.
Je recherche donc toute précision quant à son parcours pour transmettre au générations suivantes.
Je me souviens de quelques anecdotes racontées sur cette période. Il a sauté sur une mine en Alsace et a déchenillé. Une autre fois ils auraient fait prisonnier un groupe de soldats Allemands ainsi qu'un officier.
Au vu de quelques actions, il a été cité plusieurs fois et décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre avec palme.
Mais voilà, il ne fut pas trop prolixe et tout cela s'évanouit avec le temps.
Merci encore
Cdlt
Daniel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 15:39


Marianne 34 3peloton 1esc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1342
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 15:45

Re,

oui, effectivement j'avais oublié cette photo. Malheureusement on ne sait pas à quelle date est prise la photo. Au vu des vêtements nous sommes en avril/mai.
Je sais que le JMO du 1/1RMSM est très laconique mais il faudrait que je le relise pour voir s'il y a une mention de l'arrivée de ces Sherman ou une date.

Crdlt
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1342
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 15:52

Re de re,

j'avais oublié que j'avais le H/S des Carents de la Sabretache sur le 1RMSM et en le relisant il est mentionné que c'est en octobre que le 1/1RMSM touche ces Sherman M4A3 75 & 76mm. Voilà le mystère est résolu.

Crdlt
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Mar 3 Oct 2017 - 15:55

J'avais ouvert,durant l'été,un post sur le 1er peloton du 1rmsm....mais qui n'a connu aucune réponse,aucun apport...période estivale aidant!
Il y a en effet beaucoup de vides et d'interrogations quant à la composition des unités
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrem4a3
Nouveau


Nombre de messages : 4
Age : 47
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Sam 7 Oct 2017 - 6:56

Bonjour à tous

et bien cette information fait un heureux càd MOI

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing bounce bounce bounce bounce bounce

cela met une pièce en plus au puzzle.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the_shadock
Bavard


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 19/06/2010

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Dim 8 Oct 2017 - 12:01

Salut Pierre,

où en est la restauration de ton M4A3?

Pierre-Olivier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierrem4a3
Nouveau


Nombre de messages : 4
Age : 47
Localisation : BELGIQUE
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Lun 9 Oct 2017 - 7:59

Bonjour P-O

Cela avance mais pas a la vitesse que j'aimerai.
j'ai un travail qui me prend bcp temps et comme je veux qu'il soit aussi prêt de de l'état d'origine que complet ....
De plus, vu le nombre de M4A3 75w en circulation ce n'est pas facile de trouver ne fusse même que d'avoir des modèles pour refaire des pièces de l'aménagement intérieur.

mais on y arrive

Avec ces informations, cela m'ouvre de nouvelles pistes a explorer et je suis reconnaissant vis a avis de tous pour leur aide , leurs conseils et leurs connaissances salut

bàt
Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Ven 27 Oct 2017 - 10:34

Concernant le Sherman 14 Thérèse, il semble y avoir un article-témoignage sur les DNA,à condition de régler 2 € (je l'ai déjà fait pour consulter certains articles de mon oncle....)

http://www.dna.fr/edition-de-molsheim-schirmeck/2014/11/23/leur-23-novembre



Cordialement
Berthonval


Dernière édition par Berthonval le Ven 27 Oct 2017 - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CH. ADAM
Bavard


Nombre de messages : 34
Age : 63
Localisation : STRASBOURG
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Ven 27 Oct 2017 - 12:24

Ci-joint le texte accompagnant.

Secteur de wasselonne - La Libération, il y a 70 ans
Leur 23 novembre
Selon que l’on regarde à droite ou à gauche du cliché, la version de l’Histoire n’est pas la même. Pour les Wasselonnais et Marilégiens, les émotions sont mêlées ce jour du 23 novembre 1944. Convoquer les récits de la Libération, c’est convoquer des souvenirs ni tout noirs ni tout blancs… Ce jour-là, on semble s’être réjoui. Tout en restant sur ses gardes. Récits mêlés.

C’est une histoire de verre à moitié plein, ou à moitié vide. Certains se souviennent de coups de feu ; d’autres que ceux-ci étaient peu nourris. Les uns évoquent le soulagement, les actes de bravoure ; les autres la retenue, la prudence…
À Wasselonne, dans le souvenir d’Arthur Ficht, 18 ans à l’époque, « pas une tuile » n’aurait bougé. « Au matin, trois Allemands se tenaient près du tunnel qui canalisait les eaux venant de Hohengoeft et de Crastatt», raconte-t-il. «Ils avaient miné l’ouvrage afin d’arrêter l’avancée des chars qui arrivaient de Singrist.
Par bonheur, ces derniers sont arrivés très vite et deux des Allemands ont été abattus. Le troisième avait anticipé, il avait prévu un bâton sur lequel flottait un mouchoir blanc. Les Français ont fait leur entrée dans le village avec lui, hissés sur l’avant du char. Le père de mon copain Jean s’est rendu à la mairie décrocher le portrait d’Hitler pour le jeter sur la place du haut du balcon. »

Le bruit incessant des chars
Robert Bernhardt, un ancien du cercle d’Histoire de Wasselonne, dix ans à l’époque, se souvient également avoir gagné la place de l’Hôtel-de-Ville : « J’ai vu une femme à qui l’on coupait les cheveux à ras… Elle traînait avec les Allemands, c’étaient des représailles. Quand je suis rentré, j’ai discuté avec un ancien, il m’a dit : ‘‘Quand tu vois des choses, tu te tais’’.»
Jeanne Odant, 93 ans aujourd’hui, évoque « le bruit incessant des chars » qu’elle a entendu depuis Cosswiller, où elle servait le pasteur. « Quelques heures plus tard, se remémore-t-elle, une femme du village nous a présenté le premier soldat français qu’elle avait rencontré. Il avait une très grosse barbe et, bien qu’étant connue comme très délicate, elle n’arrêtait pas de l’embrasser. “Soyez très prudente”, lui a recommandé la femme du pasteur qui craignait encore la présence d’Allemands dans le village. »
Pour la vieille dame et ses parents, « même heureux que tout se termine enfin, le cœur n’y était pas tout à fait : mes deux frères, alors âgés de 21 et 24 ans, venaient de laisser tous les deux leur vie sur le front russe, incorporés de force. »
Mais pour Jeanne Odant comme pour d’autres, parler de la Libération convoque des sentiments mêlés : à cette joie contenue se greffe une rencontre qui marquera un tournant dans sa vie. Car avec l’arrivée de la deuxième division blindée du général Leclerc, la jeune fille de 23 ans rencontre Émile Odant, un soldat venu du Nord.
« Il occupait le poste de tireur dans la tourelle d’un char. Celui-ci est tombé en panne à Wasselonne. Il est resté stationné dans la cour du menuisier Georges Acker. Émile s’est présenté à ma mère sur la recommandation d’un copain de service militaire wasselonnais, Émile Ochsenbein, pour lui demander de lui laver ses affaires. Ma mère a accepté et c’est ainsi que je l’ai connu. Il portait l’uniforme avec un calot rouge. Il nous apportait régulièrement du savon et du chocolat. Ma petite sœur Marguerite n’en avait jamais mangé. Émile Odant est resté deux semaines avant de repartir avec sa compagnie jusqu’à Berchtesgaden. Nous nous sommes mariés en 1947. » Jeanne et Émile ont partagé leur vie jusqu’en 1986.
Pour Antoine Chapuzy, né en 1922, engagé dans la 2e DB, cette journée du 23 novembre sera également celle de LA rencontre ! Son fils, Jean-Jacques Chapuzy, sourit encore de cette anecdote familiale : « Mon père et un de ses compagnons d’automitrailleuse, un dénommé Georges, se sont lavés dans la Mossig. Ma grand-mère, la mère de ma future mère, ne regarde pas les hommes, mais le savon ! ‘‘Je leur ai fait comprendre que je voulais du savon, ils m’en ont donné, et je leur ai proposé de déjeuner à la maison.’’ À la maison il y avait deux Alsaciennes, ma mère et sa sœur. Les soldats les épouseront. » Ce jour-là, il faisait froid, il y avait de la neige.

Des détonations de canon et des crépitements d’armes légères
S’il n’a pas vécu cet épisode local, François Blanchard, président du Souvenir et du cercle d’Histoire Kronthal et Mossig, se fait le relais d’une mémoire commune.
C’est en écoutant la radio anglaise que les habitants sont informés de l’avancée des Alliés vers le Rhin, aucun combat préparatoire n’ayant eu lieu dans la région. « Les libérateurs sont venus par le Kronthal. Des affrontements s’y sont tenus, faisant deux victimes : De Sazilly et Corré, aujourd’hui signalés à la stèle qui y a été implantée. »
Les premiers Alliés qui se sont aventurés dans le Kronthal en venant de Wasselonne ont en effet été pris à partie par des Allemands retranchés. Une automitrailleuse reçoit de plein fouet une roquette anti-char. Le coup est mortel pour le lieutenant De Sazilly et le quartier-maître Corré, du régiment blindé de fusiliers marins.
Des détonations de canon et des crépitements d’armes légères se font entendre. Un obus passe au-dessus du village pour exploser dans un pré près de l’usine Claude. Dans les vignes, on entend des rafales de mitraillette. Les troupes françaises se méfient de l’étranglement du Kronthal. C’est justifié puisqu’une trentaine de militaires allemands sont cantonnés dans la grange d’une ferme.
« Lorsqu’à 14 h, les premiers soldats de la deuxième division blindée entrent dans Marlenheim, nous sommes un peu inquiets », livre Xavier Muller, l’ancien maire. Et pour cause : un Allemand dort toujours dans la grange familiale. Épuisé et bredouillant qu’il avait abandonné le canon, celui-ci avait été recueilli la veille avec ses deux chevaux.
Comment se justifier vis-à-vis des Français ? « D’autant plus que mon père ne parlait pas le français. » Finalement c’est sa sœur Sophie qui a sauvé la situation en l’expliquant à un sergent originaire du Haut-Rhin et en criant « Ne tirez pas ! Ne le tuez pas ! ». L’Allemand a eu la vie sauve et les deux rosses ont été réquisitionnées.
« Les Bleus passés le matin ont rejoint Strasbourg l’après-midi», précise François Blanchard en compulsant l’annuaire 2013 du cercle d’Histoire. «Ils venaient des cols vosgiens. On ne sait pas combien sont passés à Marlenheim, mais une cinquantaine ont demandé à dîner au Cerf le soir même, et aux filles de s’habiller en Alsaciennes. La résistance des Allemands a été faible, ils savaient Leclerc en route vers Strasbourg. Une cinquantaine d’entre eux ont quand même été faits prisonniers. Par contre, on pense que le général n’a pas mis les pieds par ici. »
L’historien local indique qu’« il n’y a pas eu de morts ni de victimes à Marlenheim ». Dans la petite localité, « une certaine inquiétude planait. Des coups de fusil résonnaient encore. Les gens se réjouissaient, sortant dans la rue, mais discrètement. Ils n’étaient pas tranquilles. Ce n’était pas la fête de la Libération. Les réjouissances, ce sera pour le premier 14-Juillet qui suivra. C’était un mélange d’enthousiasme et de crainte. La grande différence, en 1944, par rapport à 1918, c’est qu’il n’y avait pas d’armistice », analyse-t-il.

« L’aigle et la croix gammée
ont été cassés »
Comme ça a été fait dans la commune voisine, « le buste d’Hitler qui trônait dans la mairie a été jeté par la fenêtre ; l’aigle et la croix gammée qui surmontaient le monument aux morts installé par les Allemands vers la mairie ont été cassés ».
« C’est Paul Fritsch qui, vers 16 h, a pris l’initiative de faire chuter le rapace après avoir noué un crêpe noir autour de sa tête et lui avoir passé la corde au cou», détaille Xavier Muller. «Encouragés par la foule, une vingtaine d’hommes se sont mis à l’ouvrage pour précipiter l’oiseau à terre. »
À 16 ans, Joseph Fritsch, le frère, était présent à cette scène : « J’ai entendu sonner les cloches… » Lui-même était « caché depuis une semaine dans la cave de [s]es parents ». « J’étais dans les FFI depuis août, retrace-t-il, j’avais été mobilisé par les SS pour prendre le dernier train depuis Saverne vers l’Est. Je ne m’y étais pas rendu. »
D’autres témoignages, ceux recueillis à une soirée du cinquantenaire, disent plutôt qu’« ignorant tous les dangers, la population était déjà nombreuse dans la rue ». Pierre Mehl, 13 ans en 1944, a un épisode très précis en tête : celui du « barrage », dont d’autres font mention, comme l’ancien maire.
« On habitait là où les Allemands voulaient ériger une barricade, dans la rue Principale, au niveau de l’actuel Metz-Laugel. Ils avaient un petit canon, des mitrailleuses ; ils étaient une vingtaine de soldats avec des pioches et des pelles, ils voulaient nous réquisitionner pour creuser une tranchée. Avec l’appui des voisins, mon père, maire adjoint, a expliqué que c’était une bêtise, qu’ils risquaient de se faire encercler : c’était leur rendre service mais c’était une manière pour nous de ne pas être en première ligne, avec la ferme familiale. On avait entendu que les Américains ne faisaient pas de quartiers… »
En tant que gamin, « c’est le matériel que je regardais. Je n’avais pas mon mot à dire dans les tractations ». La Libération, pour lui, ça représente « un grand jour. Avec la radio, on avait des nouvelles, on l’attendait, on attendait les chars ! Mais ce fut quand même une surprise ! Le 23, on a pavoisé. Ma grand-mère avait caché le drapeau français dans le grenier. Ce jour-là ? J’étais dans la rue. Je ne me rappelle plus bien… Je devais avoir les mains dans les poches et regarder le matériel ! C’était le grand attroupement, les soldats français faisaient la bise aux filles. »
Ensuite, « ça s’est passé relativement vite et dans le calme. Moi, mes deux petits frères et ma petite sœur, et d’autres enfants, avec les femmes, on a été évacués vers la maison d’un oncle, au Goldbuch. Mais mal nous en a pris, car c’était le raccourci pour rejoindre Nordheim, depuis le Kronthal. Les Allemands ne passaient pas par la Nationale 4 mais par là-haut. Ils nous ont demandé à manger et à boire. À leur passage, on s’est entassés dans la cave de la ferme et l’étable. » Pour lui, dans le village, « de petits chars sont arrivés, il n’y a pas eu d’échanges de coups de feu. L’ambiance était euphorique ».
« Les gens étaient plein de joie», confirme Germaine Meder, 82 ans maintenant. «Ils ont sorti des seaux de vin, j’en ai donné aux soldats avec mon père. » La petite fille d’alors est marquée par « les Leclerc qui sont entrés avec chacun une mitraillette à la main et qui ont demandé à tout le monde si des Allemands étaient encore là ». Ceux qui l’étaient « sont partis vers Kirchheim avec leurs chevaux, leurs chariots et des volailles qu’ils avaient volées en Lorraine ».
Pour en savoir plus : annuaire 1997 du cercle d’Histoire Kronthal et Mossig, p. 74 à 82.

Bonne lecture, Chr..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berthonval
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 468
Age : 58
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Ven 27 Oct 2017 - 15:47

Merci pour l'article....mais pas plus d'infos sur le Thérèse,malheureusement.
Cdlt
Berthonval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dan77
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 61
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 02/10/2017

MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   Sam 28 Oct 2017 - 16:17

Pas plus d'info, mais une autre photo à mettre dans la collection...

Merci à vous 2

Daniel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche sur le sherman Therese du 1/1RMSM
» Mort de Robert Sherman
» Recherche info Sherman M4A1 (76) française
» Sherman pacifique M4A3 1/48 hobbyboss
» recherche doc & kit M4A4 Sherman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: La Guitoune II-
Sauter vers: