La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le 501RCC squatte aux 12Cuir & 12RCA

Aller en bas 
AuteurMessage
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Quand le 501RCC squatte aux 12Cuir & 12RCA   Jeu 1 Fév 2018 - 23:14

Bonjour,

juste pour illustrer une remarque faite par Laurent Deneu à propos du port d'un béret parle conducteur de notre Sherman "mystère" dans le sujet "Véhicules à identifier" voici une photos et une extraction de film.

Crdlt
Laurent

D'abord un recadrage de la fameuse photo du Sherman "mystère" à Clamart le 24 en soirée.


Extraction d'un film NARA avec l'entrée du GTD Porte d'Orléans le 25 au matin. Ici des chars du 2/12Cuirs. La tête du gars du 501RCC et juste au-dessus du bras nu de la femme debout sur la caisse du char.


Un recadrage d'une de nos photo montrant le char n°52 VERDUN III dans la rue Dupleix, non loin de l'Ecole Militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain Le Floch
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 190
Age : 62
Localisation : Montélimar
Date d'inscription : 18/10/2004

MessageSujet: Re: Quand le 501RCC squatte aux 12Cuir & 12RCA   Ven 2 Fév 2018 - 8:55

Bonjour

Peut-être un début d'explication au fait que des gars du 501 se trouvent sur ces photos !
Extrait du livre "Le chemin le plus long"

Et puis, l’affaire des trois types en salopette dégueulasse lui tient à cœur.
- Vous vous rappelez bien l’histoire avec Langlade, pour les trois types de la Trois qui se sont fait harponner par un capitaine du 12e chasseurs ?...
Tout le monde se rappelle cette histoire grotesque et pénible. Au début de mai, Divry commandait un convoi d’une quinzaine de véhicules faisant mouvement de Port-Talbot à Huggate. Il y avait des chars de la 1re, de la 2e et de la 3e Compagnie, et trois hommes par char pour ce transport. Un char de la 3e Compagnie tombe en panne ; les trois gars font le dépannage, se salissent beaucoup, et ne rattrapent le gros du convoi que très tard, au cantonnement. Il n’y a plus rien à bouffer. Ils vont jusqu’au village voisin pour casser la croûte et tombent sur le fameux capitaine qui les renvoie au cantonnement avec une punition pour mauvaise tenue.
Les types cherchent à s’expliquer.
- Ah, vous n’êtes pas contents en plus ?
Ne rien répondre à cette question suffit à créer l’irréparable. L’affaire monte jusqu’au colonel de Langlade qui casse le sergent de son grade et mute les trois gars... dans l’escadron du capitaine de chasseurs !
Divry n’est pas hostile à la discipline, mais il est indigné qu’on ait muté, sans le consulter, trois combattants de valeur dans une unité dont l’ambiance risque de les pousser à la révolte, en cassant un sous-officier qui était un évadé de Prusse par la Russie, avec les Boissieu, Branet et autres, des exploits dont on n’a pas idée au 12e chasseurs d’Afrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AUFFRET
Langue pendue


Nombre de messages : 468
Age : 71
Localisation : Bourgogne (bien que d'origine bretonne)
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Anciens de la 2ème DB   Lun 12 Fév 2018 - 17:38

Bonjour,
oui, Alain, j' appuie ces écrits. Mon père ne nous a pas tout dit car il est parti trop tôt, mais suffisamment pour que nous comprenions mieux les écrits qu' il nous a laissés.
Les dimanches, quand il était disposé, il emmenait un des enfants dans la cuisine. C 'était un drôle de rituel. Il mettait de l' alcool à 90° sur ses jambes et, avec une pince à épiler, il retirait des morceaux de métal. C' était de la taille de pépins de raisin. Il les mettaient dans un petit pot en verre genre pot de yaourt. A la fin de sa vir, le quart du pot était rempli.
Il nous a raconté les pugilats, a subi beaucoup de brimades et vexations, toutes injustifiables. Cela a commencé au Maroc où certains leurs reprochaient par des sous entendus, d' avoir continué le combat. De très jeunes officiers, sans expérience étaient condescendants, parfois méprisants. Avec les combats, ils ont forcément changé de raisonnement. Mais comment comprendre des hommes qui ont vécu tant d' épreuves en si peu de temps. J' en ai parlé souvent avec monsieur Louis Léonard, je lui est cité des détails qu' il ignorait mais qui lui semblèrent véridiques et d' autres qu' ils m' a confirmé. Un aspirant de leur unité a fait l' objet d' un scandaleux manque de respect au sujet de la bataille d' El Alamein qui ne représentait rien pour eux. Le détonateur fut la question sur une médaille sur la poitrine de l' Aspirant : "ils font les mêmes pour hommes" ; facile d' imaginer la suite. La sanction finale est tombée le 12 janvier 1945, mon père muté au 12° RCA, simple 2° classe, une honte, où Moal, son radio à El Alamein l' avait précédé.
Heureusement, l' épopée de la 2° DB aura rapproché ses hommes, c' était la volonté du Général
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le 501RCC squatte aux 12Cuir & 12RCA   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le 501RCC squatte aux 12Cuir & 12RCA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE] garder le wifi en continu meme quand telephone vérrouiller
» [RESOLU] Quand mon tel est en veille, il ne sonne pas...
» La télé depuis quand ?
» [REQUETE] Eteindre la led quand la batterie pleine
» [AIDE] Rajout d'in indicatif dans les numéro quand j’appelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: La Guitoune II-
Sauter vers: