La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bréménil Meurthe-et-Moselle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Planchon
Langue pendue


Nombre de messages : 3009
Age : 69
Localisation : Marcq,78770
Date d'inscription : 28/09/2013

MessageSujet: Bréménil Meurthe-et-Moselle   Lun 14 Sep 2015 - 6:03

Décès

III/RMT

17.11.1944

LERMET Jules 2e Cl.

Jules Victor LERMET

Mort pour la France le 17-11-1944 (Bréménil, 54 - Meurthe-et-Moselle, France)

Né(e) le/en 03-02-1923 à Boulogne-sur-Mer (62 - Pas-de-Calais, France)

Carrière
Statut
militaire

Unité
RMT

Mention
Mort pour la France

Cause du décès
tué par balles

Sources
Service historique de la Défense, Caen


Cote
AC 21 P 73973
18.11.1944

DEBIEU Marceau 2e Cl.

Marceau Lucien DEBIEU

Mort pour la France le 18-11-1944 (Bréménil, 54 - Meurthe-et-Moselle, France)

Né(e) le/en 21-03-1924 à Péronne (80 - Somme, France)

Carrière
Statut
militaire

Unité
régiment de marche du Tchad (RMT)

Mention
Mort pour la France

Cause du décès
tué à l'ennemi

Sources
Service historique de la Défense, Caen


Cote
AC 21 P 113682
HAREL Roger 2e cl.

Roger HAREL

Mort pour la France le 18-11-1944 (Bréménil, 54 - Meurthe-et-Moselle, France)

Carrière
Statut
militaire

Unité
3 e RMT

Mention
Mort pour la France

Sources
Service historique de la Défense, Caen


Cote
AC 21 P 52985

RICHARD-DESHAIS Claude Sgt

Claude Edouard Maurice RICHARD DESHAIS

Mort pour la France le 18-11-1944 (Bréménil, 54 - Meurthe-et-Moselle, France)

Né(e) le/en 25-02-1919 à Paris 16e arrondissement (75 - Paris (ex Seine), France)

Carrière
Statut
militaire

Unité
3 e BMT

Mention
Mort pour la France

Cause du décès
tué par éclats d'obus

Sources
Service historique de la Défense, Caen


Cote
AC 21 P 141921

Alphée François MAZIERAS

Mort pour la France le 18-11-1944 (Bréménil, 54 - Meurthe-et-Moselle, France)

Né(e) le/en 24-08-1912 à Évaux-les-Bains (23 - Creuse, France)

Carrière
Statut
militaire

Grade
capitaine

Unité
3 e RMT

Mention
Mort pour la France

Cause du décès
des suites de blessures

Sources
Service historique de la Défense, Caen


Cote
AC 21 P 89589


Dernière édition par Planchon le Lun 14 Déc 2015 - 9:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albumdetimbres.blogspot.fr/
Planchon
Langue pendue


Nombre de messages : 3009
Age : 69
Localisation : Marcq,78770
Date d'inscription : 28/09/2013

MessageSujet: Bréménil: la mort du commandant de la Horie 501 ème RCC   Dim 20 Sep 2015 - 8:35

501ème RCC ; III/RMT




source
" />


Sur Histoire Lorraine

Le 17 novembre 1944, le sous groupement du

Commandant De La Horie

, composé de la 3e compagnie du 501e RCC et d’une compagnie d’infanterie, prend Badonviller, carrefour stratégique pour la conquête de l’Alsace.

Malgré la perte du char « Mort-homme » de la 1ère section (conservé à l’endroit où il est stoppé par les forces allemandes), de nombreux prisonniers sont faits.

Le Commandant De La Horie charge une partie de ses hommes de se porter à l’Est afin de tenter une percée en direction des Carrières de Bréménil, sur la route de Cirey-sur-Vezouze, point de départ prévu pour le franchissement des Vosges.

Le char « Hartmannswillerkopf », tout juste sorti de réparation, se présente en tête du groupe.

Accompagné d’une section d’infanterie du 3e RMT, il entre dans les Carrières.

Les fantassins repèrent des canons antichars à leur gauche qui sont pointés vers le premier carrefour de Bréménil.

Le « Hartmannswiller kopf » s’arrête à 30 mètres du carrefour, suivi d’un second char d’appui à 50 mètres derrière.

Ils arrivent à détruire un petit canon de 25  mm monté sur des roues en bois et dissimulé dans une toile de tente.

Quelques minutes plus tard, une compagnie d’infanterie dévale le versant droit de la vallée « en hurlant une langue inconnue et en tirant au hasard devant eux avec des armes automatiques ».

Les soldats du RMT, déstabilisés, doivent essuyer de lourdes pertes.

On apprendra plus tard qu’il s’agit d’une compagnie de Cosaques, armés de fusil d’assaut MP 44 (totalement inconnus pour les Américains).  

A la tombée de la nuit, le groupe d’éclaireurs a l’ordre de se replier sur le Hameau des Carrières et de mettre en place une garde renforcée.

Les ennemis se sont repliés, emmenant leurs morts et laissant la nuit calme.

Au matin du 18 novembre 1944, les chars font leur plein d’essence au centre du hameau.

Néanmoins, cette opération de routine se transforme en hécatombes, lorsqu’ils sont victimes de violents tirs de mortiers, de gros calibre.

On dénombre de nombreux blessés et la perte du Capitaine Maziéras du 3e RMT, du Capitaine Branet, ainsi que du Commandant De La Horie.

Le 19 novembre 1944, dans la matinée, la route de Cirey est ouverte par les automitrailleuses des spahis, qui ne rencontrent que peu de résistance et ne comptent pas de pertes.

Les canons antichars signalés l’avant veille sont retrouvés intact à Cirey.


Dernière édition par Planchon le Sam 14 Mai 2016 - 10:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albumdetimbres.blogspot.fr/
Planchon
Langue pendue


Nombre de messages : 3009
Age : 69
Localisation : Marcq,78770
Date d'inscription : 28/09/2013

MessageSujet: 19 novembre 1944   Lun 14 Déc 2015 - 9:06

12ème RCA

.....


La 2ième D.B. reçoit l’ordre d’exploiter le succès de la 79ième DIUS

Le 19 novembre, le Groupement DIO progresse au nord de la nationale 4, direction Sarrebourg, Phalsbourg, Saverne.

Le Colonel Langlade apporte personnellement au PC du Sous-groupement Minjonnet  à Domèvre-sur-Avière l’ordre de partir sur l’Axe C en vue d’exploiter le succès  de la 79ieme DI.

Les seuls ordres donnés de Leclerc au Colonel Langlade à son PC à Cirey, c’est de  dépasser le Sous-Groupement Guillebon et de « pousser comme une brute… » sur l'axe de la route passant par Niederhoff, Voyer, Rhétal.

L'axe du Commandant Massu est la nationale 393, Saint Quirin, la D117, D113, le village des Trois fontaines, Réthal, Dabo. Le premier de ces deux Sous-groupements arrivé à trois fontaines où se rejoignent obligatoirement les deux itinéraires doit passer en tête et courir sur l'Alsace par Dabo.

À 9 heures 30,  la colonne du Sous-groupement Minjonnet s'engage sur L’axe C, sur la route Domèvre – Montigny – Neuwiller lès Badonviller – Bréménil – Parux – Cirey Sur Vezouze.

Ce sont des chemins à peine carrossables.
Le village de Bertrambois est pris au milieu de la journée par l ‘élément de tête, le  3ième  Escadron de chars du 12ième R.C.A. (de Bort). Il est fait 30 prisonniers.

Niderhoff est très solidement tenu et sa garnison dispose d’armes anti-char.

" />

L’artillerie allemande exécute des tirs de harcèlement sur les débouchés de la forêt.
A 17 heures, Minjonnet estime que l’heure tardive empêche de tenter ce soir la prise de Niederhoff, et la remet au lendemain.

....


source


article dans le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albumdetimbres.blogspot.fr/
Planchon
Langue pendue


Nombre de messages : 3009
Age : 69
Localisation : Marcq,78770
Date d'inscription : 28/09/2013

MessageSujet: Alphée Maziéras   Dim 17 Jan 2016 - 9:42


RMT


" />

....

Résolu à poursuivre le combat, il fait partie des officiers qui, avec le commandant Dio, accueille le colonel Leclerc à Douala en août 1940. Il prend une part active au ralliement du Cameroun à la France Libre.

Il participe à la campagne du Gabon en qualité de commandant du groupe franc de la Légion du Cameroun et reçoit une citation à l'ordre des Forces Françaises Libres pour avoir suivi et harcelé sans répit un ennemi auquel il fait de nombreux prisonniers.

En février-mars 1942, le capitaine Maziéras prend part à la première campagne du Fezzan à la tête du 1er peloton de la 2e Compagnie de Découverte et de Combat de la Colonne Leclerc et est cité à l'ordre de l'armée pour être allé chercher et avoir ramené, à Znila, un de ses lieutenants blessé à 200 mètres de trois mitrailleuses ennemies.

En 1942, il rejoint le commandant Dio à Largeau au Tchad où il est victime d'un très grave accident de moto. Il est évacué sur l'Afrique du Sud où il est soigné pendant de longs mois.

Affecté à l'Etat-major de Rabat, Alphée Maziéras rejoint la 2e Division Blindée du général Leclerc en octobre 1944, dans la région de Rambervillers dans les Vosges.

Affecté au Régiment de Marche du Tchad, il en commande la 11e compagnie.

Alphée Maziéras est mortellement blessé devant Bréménil, le 18 novembre 1944, près de Baccarat.

Il est inhumé dans la Nécropole nationale de Colmar dans le Haut-Rhin.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 mai 1942
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "Fezzan 1942"

Source : Ordre de la Libération
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albumdetimbres.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bréménil Meurthe-et-Moselle   Aujourd'hui à 10:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Bréménil Meurthe-et-Moselle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lunéville Meurthe-et-Moselle
» Paparazzi
» Jeune, philatéliste, cartophile et....
» FIL ROUGE : Papillons Story
» Maginot: blockhaus pour 25mm AC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: GÉOGRAPHIE-
Sauter vers: