La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Lun 9 Mar 2015 - 22:43

MORIÈRES-LES-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA

Emplacement sur Google Maps.




Dernière édition par Jean PFLIEGER le Lun 9 Mar 2015 - 22:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Lun 9 Mar 2015 - 22:44

CÉRÉMONIE 2012:


La traditionnelle commémoration du serment de KOUFRA s'est déroulée le jeudi 1er mars 2012 à 11h00 sur le terre plein de la stèle érigée Avenue du Général LECLERC à MORIÈRES-LÈS-AVIGNON.

Cette stèle fut érigée à l'initiative de Paul RAVARD et a fait l'objet d'une souscription publique, la Ville de MORIÈRES ayant fait don d'une parcelle pour en permettre l'édification et prenant en charge son entretien.

Paul RAVARD a été Président de la Fondation de la France Libre de Vaucluse. Il n'est pas parmi nous aujourd'hui en raison de sa santé et de son âge: il va avoir 94 ans dans quelques jours.

En 1940 il rencontre le Colonel LECLERC à FAYA-LARGEAU et intègre la colonne LECLERC comme Brigadier d'Artillerie sous les ordres du Lieutenant CECALDI, le canonnier de KOUFRA , où il bombardait le fort d'EL TAG avc l'unique canon de 75 que LECLERC avait bien voulu emmener et dont l'utilisation sera déterminante dans la reddition du fort le 1er mars 1941.

Il participera aux deux campagnes du FEZZAN, puis à la campagne de TUNISIE où il sera sérieusement blessé. Soigné en ÉGYPTE et au LIBAN, il sera de ce fait contraint de laisser la Force «L» devenue 2ème Division Blindée partir sans lui en ANGLETERRE.

Tous les ans, à la date anniversaire, une cérémonie rassemble les élus, les Anciens Combattants de MORIÈRES et les Anciens de l'Amicale de la 2ème DB de Vaucluse, avec à leur tête leur Président René VOISIN ainsi que des éléments de la population. La mise en place terminée, ce fut le moment de rappeler l'épopée LECLERC de 1941, Monsieur le Maire s'en chargea. Puis Monsieur Yves MOURIER, Président des Anciens Combattants de MORIÈRES (ami de Paul RAVARD qu'il rencontre souvent) évoqua des faits peu connus de cette période, il s'agit du rôle de l'aviation.

La prise de KOUFRA n'aurait pas été possible sans le concours de l'aviation. Voici des extraits de ce qu'en disait le Général de GUILLEBON:

«Notre aviation, c'était un groupe de reconnaissance et de bombardement qui nous arivait d'ANGLETERRE. Pauvre et merveilleux groupe composé d'aviateurs et d'une majorité de fantassins, de cavaliers et d'artilleurs hâtivement formés et chez qui le patriotisme, même poussé à la rage, complétait vaille que vaille une formation insuffisante. Mais je veux, ici, leur rendre hommage, parce que je ne crois pas qu'on aurait pu trouver, à une autre époque, dans un autre pays, des jeunes gens assez audacieux pour se lancer à travers un désert difficile, sans aucune infrastructure, aucune gonio, aucun moyen de se rattraper, vers des objectifs mal localisés et à bord d'appareils que leur inexpérience rend dangereux. Les premières reconnaissances partent de FAYA-LARGEAU pour photographier KOUFRA et bombarder le terrain d'aviation. Le 2 février 1941 deux appareils décollent vers KOUFRA. Mission terminée, un premier avion retourne vers OUNIANGA qu'il repère par miracle, le second ne rentrera jamais.

Avec à son bord le pilote LE CALVEZ, le navigateur CLARION et le radio DEVIN, ils lanceront un dernier message: "À bout de carburant, sommes perdus". Le silence durera 18 ans. C'est un chasseur indigène qui retrouvera l'épave de l'avion posée sur le sable et les trois corps momifiés. En février 1960 les trois corps seront rapatriés sur la FRANCE.

D'autres missions photos et bombardements du terrain d'aviation auront lieu qui seront capitales pour le Colonel LECLERC qui décidera de l'opération de KOUFRA».

NOTE:

Au sujet de cette mission aérienne, voir ce site dédié aux aviateurs.




De gauche à droite:

- Mr Georges CALAVASSY, Ancien du 5/1er RMSM († 19/0/2014)
- Mme Maryse MENARDON, Veuve d'un Ancien du 1er RMSM
- Mme Suzanne BARIZON, Veuve d'un Ancien du 1/40ème RANA
- Mme Angèle MAGLIOZZI, Veuve d'un ancien du 12ème Cuir

- Mme BOIDRON, de l'Association de Parachutistes
- Mr René VOISIN, Ancien du 13ème Génie († 20/03/2014)
- Mr Pierre RETZIGNAC, Ancien du 12ème RCA
- Mme Françoise RETZIGNAC, Amie de la DB
- Mr Yves MOURRIER, porte-drapeau, Président des C.A.T.A.M. de Morières

Tous mes remerciements à Pierre RETZIGNAC qui a envoyé ces documents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Lun 9 Mar 2015 - 22:48

CÉRÉMONIE 2014:


Pour ne pas revenir sur la prise de KOUFRA déjà traitée les années précédentes, dont nous célébrons aujourd'hui le 73ème anniversaire, nous allons nous reporter au travers des livres et des anecdotes d'un témoin incontestable, Paul RAVARD, à l'arrivée de LECLERC à FAYA-LARGEAU venant de FORT-LAMY où il a installé son PC.

Début octobre 1940, Paul RAVARD alors jeune Brigadier d'artillerie, voit arriver un Colonel dans la cour du fort. Tous les militaires qui sont réunis pour le rapport se mettent en rond dans un coin de la cour et lui tournent le dos. LECLERC, surpris de l'accueil, s'en plaint au Commandant D'ORNANO, commandant du fort. Celui-ci lui répond avec un sourire: «C'est très simple, mon Colonel, vous êtes de la cavalerie avec des galons blancs et eux sont de l'artillerie, rivale de toujours, et portent des galons dorés». Le lendemain, LECLERC s'était fait coudre des galons dorés, il sera adopté par tous, qui l'appelleront entre eux "le patron". Il le saura et cela le fera beaucoup rire.

Le matériel qui allait être embarqué pour la FRANCE va être ramené depuis DOUALA et POINTE NOIRE à FORT-LAMY sur plus de 2700 km par camions ou bateaux.

De FORT-LAMY il sera sélectionné et acheminé vers FAYA-LARGEAU à 1000 km plus au nord. Paul RAVARD me dira: «On faisait un aller-retour en continu de 2000 km en ramenant quelques fûts d'essence pour le retour, car il n'y avait pas de station service sur la piste». Un problème va se poser, LECLERC ne veut pas emmener les 2 canons de 75 que le Lieutenant CECCALDI a apportés à dos de chameaux du poste où il se trouvait à plusieurs km de là. Il lui dit de manière catégorique: «D'abord, nous n'avons plus de camion disponible, en outre il faudrait les monter dedans. — Mais, mon Colonel, j'ai fait réparer 2 camions et ils sont déjà dedans!». LECLERC à bout d'argument se mettra à sourire et lui dira: «Bon, mais on en laissera un à mi-parcours en dépannage». Paul RAVARD me dira qu'ils avaient trimé dur avec toute l'équipe pour les mettre en état de faire 1800 km de piste. Le destin vient de frapper à la porte, car, sans ce canon, jamais le fort n'aurait pu être pris aussi vite et sans perte.

Première étape: FAYA-LARGEAU, 24 janvier 1941. L'état de la piste a été assez bon. On y laisse un peu de matériel pour un retour éventuel. La colonne LECLERC partira vers son objectif avec 400 hommes dont 100 officiers et sous-officiers et 300 Tirailleurs Sénégalais et Tchadiens.

Deuxième étape, 26 janvier 1941, OUNIANGA qui se trouve au bord d'un lac. La progression a été difficile car le sol est fait d'éclats de roches du massif du Tibesti voisin. Les pierres sont brulantes. Pour marcher sur le sol chauffé à blanc, certains ont cloué un morceau de pneu sous la semelle de leur sandale. Paul RAVARD me dira: «OUNIANGA, c'était vraiment un endroit reposant. Il y avait l'eau du lac et sur les bords j'avais repéré du cresson pour améliorer l'ordinaire». Durant le trajet vers KOUFRA, il n'y aura qu'un seul repas par jour, composé de riz et de corned beef arrosé d'eau et parfois un verre de vin et du Cognac.

La troisième étape les mène au Puits de SARRA. La colonne a traversé la frontière. Le puits a été comblé par les Italiens de pierres et de moutons morts. Un ancien puisatier du groupe descendra à 65 m le nettoyer. L'eau ne servira que pour les camions qui sont de gros consommateurs par cette chaleur qui, bien qu'en janvier, monte à 40° le jour pour descendre à 15° la nuit.

La piste est inexistante. Un Tchadien pisteur est assis sur le premier camion avec une couverture pliée en quatre sur le capot. Malgré tout, les ensablements sont fréquents. On place des troncs de palmiers en travers des roues. Tout le monde pousse, même LECLERC. Le camion sorti de l'ensablement aide ensuite à tirer le suivant. Comme la colonne approche de KOUFRA, les pare-brises ont été démontés pour éviter un reflet qui se verrait à des kilomètres. Les camions roulent en file de façon à ne laisser que deux sillons. Le dernier camion est équipé à l'arrière d'une grande bâche garnie de gros cailloux pour effacer les traces de roues. Une partie du matériel a été mis sur les chameaux qui se sont mêlés aux caravanes qui remontent du sel de l'Afrique centrale vers la Somalie. Les nuits étant très claires, le convoi roule la nuit, seul le premier camion a ses phares en veilleuse.

L'oasis de KOUFRA sera atteint le 17 février 1941. Dans la nuit, un raid a lieu sur l'aérodrome où les avions au sol sont incendiés.
Le 18, elle mène son premier combat avec son matériel vétuste face à une colonne motorisée italienne sur-armée qu'elle met en fuite.
Le 19, le canon de 75 de montagne est mis en batterie. Le Lieutenant CECCALDI, maître canonnier, est aidé de quatre sous-officiers dont Paul RAVARD. Seize Tirailleurs sont chargés de ravitailler le canon en obus et de le déplacer après chaque tir, laissant croire aux Italiens qu'il y a toute une batterie de canons. Il tirera jour et nuit durant dix jours par intervalles irréguliers.
Le 29 février, un drapeau blanc est hissé sur le fort.
Le 1er mars 1941, le fort de KOUFRA se rendra.

Vous connaissez la suite. Elle ira de la colonne LECLERC de KOUFRA à la Force L en Tunisie et la 2ème DB au Maroc. Elle écrira avec son sang tout au long de cette route une des plus belles pages de notre histoire.

Extraits:
- Récits de Paul RAVARD, artilleur de l'équipe du Lieutenant CECCALDI.
- Livre de Didier CORBONNOIS: L'odyssée de la colonne LECLERC.
- Livre de Mme LEVISSE-TOUZÉ: La légende d'un héros.


Tous mes remerciements à Pierre RETZIGNAC qui a envoyé ces documents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
daddyfred34
Langue pendue


Nombre de messages : 176
Age : 39
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Mar 10 Mar 2015 - 12:32

"Avec à son bord le pilote LE CALVEZ, le navigateur CLARION et le radio DEVIN, ils lanceront un dernier message: "À bout de carburant, sommes perdus". Le silence durera 18 ans. C'est un chasseur indigène qui retrouvera l'épave de l'avion posée sur le sable et les trois corps momifiés. En février 1960 les trois corps seront rapatriés sur la FRANCE."

Petit lien en rapport avec les 3 pilotes d'avions disparus:

http://aviateurs.e-monsite.com/pages/de-1939-a-1945/morts-de-soif-dans-le-desert.html

merci pour ce témoignage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Mar 10 Mar 2015 - 13:06

daddyfred34 a écrit:
…/… Petit lien en rapport avec les 3 pilotes d'avions disparus:
http://aviateurs.e-monsite.com/pages/de-1939-a-1945/morts-de-soif-dans-le-desert.html

C'est bien ce lien que j'avais indiqué en note juste au-dessus de la photo de groupe… Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
daddyfred34
Langue pendue


Nombre de messages : 176
Age : 39
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Dim 15 Mar 2015 - 10:24

au temps pour moi ...

Bien joué !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA   Aujourd'hui à 21:57

Revenir en haut Aller en bas
 
MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MORIÈRES-LÈS-AVIGNON: Stèle du serment de KOUFRA
» Borne du serment de Koufra: PARIS
» Borne du serment de Koufra: COSSÉ EN CHAMPAGNE (53)
» Borne du serment de Koufra: VIEUX-PONT (61)
» VOIE DE LA 2ème DB & BORNES DU SERMENT DE KOUFRA (INDEX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: CÉRÉMONIES & MANIFESTATIONS-
Sauter vers: