La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 où il est question de la lâcheté des hommes de commandement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mandorie
Nouveau


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: où il est question de la lâcheté des hommes de commandement   Dim 22 Déc 2013 - 22:15

Bonjour,

je suis la fille d'un ancien de la 2e DB - 501e RCC. Mon père, à présent décédé, a évoqué des batailles aux cours desquelles les officiers supérieurs désertaient les lieux pour laisser les hommes combattre seuls (mon père était sergent-chef). Est-ce que quelqu'un parmi vous peut me permettre dd'établir plus précisément les choses ? Merci de tout coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: OFFICIERS DU 501ème RCC tombés vaillamment au combat   Lun 23 Déc 2013 - 13:18


OFFICIERS DU 501ème RCC tombés au combat

Lieutenant-Colonel Jean FANNEAU de La HORIE † 18/11/1944

Capitaine de CASTELNAU † 23/11/1944

Lieutenant de La Bourdonnaye † 28/01/45

Lieutenant de Garvadie † 31/10/1944

Lieutenant Lespagnol † 23/11/1944

Lieutenant Michard † 18/01/1945

Sous-Lieutenant Van Parys † 17/09/1944

Aspirant Colment † 19/12/1944

Aspirant Picard † 26/01/1945

Adjudant Caron † 25/08/1944

Adjudant Corlier † 25/08/1944

Adjudant Deschamps † 12/09/1944



OFFICIERS DU 501ème RCC blessés au combat

Capitaine de HOLLAIN blessé le 16/11/1944

Lieutenant de la Fourchardière blessé le 26/01/1945

Lieutenant Meyer blessé le 15/08/1944 & le 31/10/1944

Lieutenant Michaud blessé en décembre 1944

Lieutenant Nanterre blessé le 02/12/1944

Sous-Lieutenant Bénard blessé le 25/08/1944 & et le 17/11/1944

Sous-Lieutenant Herry blessé le 24/08/1944

Sous-Lieutenant Malin blessé le 29/09/1944

Sous-Lieutenant Mulsant blessé le 08/08/1944

Sous-Lieutenant Rodel blessé le 31/10/1944

Sous-Lieutenant Touny blessé

Aspirant Bérrue blessé le 16/11/1944

Aspirant Lacoste blessé le 05/11/1944



Il vous suffira de dire: «J'étais officier au 501»
pour que l'on vous réponde: «voilà un brave!»

pour paraphraser Hugo rapportant les propos de Napoléon à Austerliz…


R E S P E C T !

 salut 




Dernière édition par Jean PFLIEGER le Lun 23 Déc 2013 - 22:07, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1020
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: où il est question de la lâcheté des hommes de commandement   Lun 23 Déc 2013 - 13:42

Bonjour mandorie,

je crois que vous avez votre réponse. Je pense que la personne a fait allusion à la campagne de France de 39-40, lors de laquelle, effectivement, des officiers ont fuit devant l'ennemi, mais ce sont de rares cas.

Laurent Fournier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mandorie
Nouveau


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Merci d'avoir posté les réponses "classiques" sur ce thème.    Lun 30 Déc 2013 - 11:39

Merci pour la liste des gradés morts au combat et respect.. Mais ce sont généralement eux qui sont mis en avant dans toute l'Histoire. Mon père était cependant bien avec la 2e DB 501 RCC jusqu'au bout de la 2e guerre (Les photos prises au  Berghof en témoignent). Il y a quelques "trous noirs" dans l'histoire de la 2e DB. J'essaye d'éclaircir celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean PFLIEGER
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 1712
Age : 52
Localisation : HAUTES-ALPES
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Et après?   Lun 30 Déc 2013 - 17:11


Bonjour Mandorie,

Puisqu'une réponse "classique" ne vous convient pas, essayons autre chose…

N'avez vous jamais eu peur,
Mandorie,
la nuit,
à 2 heures du matin,
quand vous montiez la garde,
chargeur plein,
en passant au bout du camp militaire,
là où le projecteur n'éclaire presque plus,
en entendant des bruits bizarres derrière la haie?
Non, vous n'avez jamais eu peur?
Bravo!
Vous me direz comment vous avez fait.  Mr.Red 
Mais moi, je vous assure que j'avais le cœur qui battait fort parfois…
Une fois, un camarade a descendu une vache: elle n'avait pas répondu aux sommations!
Il faut dire que la veille une sentinelle avait été blessée…
Et pourtant, nous arborions tous fièrement notre brevet para, croyez-moi!
Et nous n'étions pas en temps de guerre…
Je ne sais pas comment j'aurais réagi en 1944…


Je trouve un peu déplacé, pour ne pas dire malsain, de porter un jugement sur l'attitude de ceux qui ont combattu,
alors que nous sommes assis tranquillement devant notre ordinateur en tapotant sur notre clavier "au coin du feu dans la paix radieuse"…

Un officier, ce me semble, n'a pas pour mission de se trouver en première ligne, au risque de se faire tuer le premier.
Ça fait héroïque dans les récits épiques,
mais après, les hommes se retrouvent sans chef, car un officier, ça ne se forme pas comme ça…
Plus on monte dans la hiérarchie, plus on prend de recul pour avoir une vue d'ensemble
et être en mesure d'envoyer ses subordonnés là où c'est le plus pertinent.
Et malgré cela, il y a eu beaucoup d'officiers tués ou blessés au 501.

Bon, et après, quand vous en aurez identifié un qui a été "lâche" ou s'est "dégonflé", vous serez bien avancée…

Il faut apprendre à connaître ces hommes.
Ce ne sont pas des extraterrestres, ils sont faits de la même pâte que nous.
Homme du rang ou officiers, ils ont tous affronté leurs fantômes.
Avez-vous vraiment conscience de la tension que représente des journées de combats,
quand vous voyez vos camarades tomber sous les balles ou brûler dans leur char?
Il n'y avait pas de "cellules psychologiques" comme il y en a maintenant pour un oui ou pour un non.
On peut même se demander ce que nos générations modernes seraient capables de faire à leur place…

Chacun a ses points faibles, mais peut apporter beaucoup aux autres sur d'autres plans.
C'est cette complémentarité qui permet à l'ensemble de bien fonctionner.
Alius sic, alius vero sic comme dit l'adage.

Tous ont eu l'immense mérite déjà de se trouver là.
Eh oui, tous les français ne peuvent pas en dire autant, loin de là.
Eux ont rejoint Leclerc en Afrique… souvent au péril de leur vie.
Ne croyez-vous pas que c'est déjà une raison d'être indulgent pour leurs éventuels moments de faiblesse?
Ils ont fait ce qu'ils ont pu.

Et nos anciens sont des gens discrets, qui n'étalent pas leurs titres de gloire.
Ils sont persuadés d'avoir fait simplement leur devoir.
Et je suis sûr qu'ils sont peinés de voir qu'on leur cherche des poux 70 ans après.
De grâce, épargnez-les!

Je doute fort que vous trouviez grand monde sur ce forum pour vous aider à farfouiller & dénicher des "trous noirs"…

C'est la mode, actuellement, de salir la mémoire,
de cracher dans la soupe,
de renier ce qu'ont fait nos anciens,
de faire de la repentance…

Ne croyez-vous pas que nous avons mieux à faire?

Offrons aux derniers survivants la joie de voir enfin leur combat pour notre liberté honoré à sa juste valeur
et leur mémoire transmise aux générations futures
en ne gardant que ce qui a fait leur splendeur, leur gloire et leur éclat,
et en oubliant affectueusement leurs éventuelles faiblesses.


R E S P E C T !

 salut 


Qui sommes-nous pour nous permettre de les juger?

 colors 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Vive-la-2ème-DB/1431683340433382
mandorie
Nouveau


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Loin de moi de porter un jugement   Lun 30 Déc 2013 - 18:19

Le travail de reconstruction de l'histoire n'est pas un travail de sabotage : c'est un écrit à la mémoire de mon père. Et ce que vous dites de la peur dans le noir m'apparait très intéressant. Cependant, si je me demande ce qui s'est vraiment passé ce jour-là, c'est parce que mon père, sur son lit de mort, en a lui même parlé : il semblait revivre un épisode douloureux, qu'il a vécu comme douloureux et je voulais en savoir plus. C'est tout. Ne soyez pas fâché. J'ai le plus grand respect pour tous ces pères qui n'en sont pas restés à la défaite de 40. Qu'ils aient rejoint Leclerc en les FFL ou fait de la résistance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mandorie
Nouveau


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: les lieux   Lun 30 Déc 2013 - 18:23

En fait, je ne cherche pas "qui" parce que je ne connaitrais jamais ce qui s'est passé à ce moment là pour expliquer l'impression de solitude ressentie par certains (dont mon père), je cherche les lieux où cela s'est passé. Mais, j'ai du être maladroite dans ma formulation et je regrette de vous avoir ainsi peut-être peiné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: où il est question de la lâcheté des hommes de commandement   Aujourd'hui à 1:52

Revenir en haut Aller en bas
 
où il est question de la lâcheté des hommes de commandement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» où il est question de la lâcheté des hommes de commandement
» Question home cinema
» Achat vespa - question de novice
» Question langue Elfique
» question d'elfe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: La Guitoune II-
Sauter vers: