La 2ème Division Blindée de Leclerc

Le forum des passionnés de l'Histoire de cette prestigieuse unité.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1020
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers   Sam 26 Sep 2015 - 18:38

Bonsoir bernard03,

ben c'est pas Reins mais Reims, na ! Merci, effectivement, en regardant à nouveau la photo j'ai vu son glacis avant mais il était trop tard. J'ai beaucoup de photo d'engin de la DB sur lesquels ce n° apparait, l'immat était devant ou derrière, rarement sur les côtés bien que je possède aussi plusieurs photos de chars avec l'immat sur le côté arrière gauche ou droit de la caisse, notamment au 12eCuir.

Crdlt
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bernard03
Langue pendue


Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Dim 27 Sep 2015 - 7:53

Laurent fournier a écrit:
Bonsoir bernard03,

ben c'est pas Reins mais Reims, na !
bonjour
oups ! Nerci ! ( chef , j' ai glissé ) Embarassed Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cardamôme
Bavard


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Jeu 8 Oct 2015 - 11:22

Bonjour à tous,

D'abord merci pour vos messages, c'est très exaltant d'autant qu'à chaque fois que je vous lis, il en sort quelque chose de nouveau. J'ai retrouvé quelques écrits de mon grand-père où j'apprends beaucoup et notamment le détail de son parcours au sein de la DB. Voilà donc une grande part de mes interrogations qui trouve une réponse au-delà de mes espérances. Voilà aussi de quoi remettre les photos ci-dessus dans leur contexte et peut-être même apporter des précisions quant aux lieux. Pour le reste, je laisse Pierre témoigner lui-même, sous forme d'extraits. Je reformule par endroits pour la lisibilité car ce sont des brouillons que je m'attacherai à mettre en ordre et à publier sous forme de blog si j'ai assez de matière. Après l'enfance asniéroise et le départ du père en 1935 vient le début de la guerre et l'exode qui le mène de la région parisienne à Clermont-Ferrand.

"A Clermont, dès que j'avais vu les Allemands arriver, j'ai craché sur tous les véhicules. C'était ma petite revanche. [...] Cela m'a d'ailleurs valu de me faire arrêter par un Hauptmann à Clichy... j'avais craché sur son pare-brise. Il m'a obligé avec son ordonnance d'essuyer avec mon cache-col et voulut m'emmener [...]. J'ai donc 16 - 17 ans et le caractère un peu durci par l'actualité. [...]
Depuis mon retour de Clermont-Ferrand à la fin 1941, avec les camarades retrouvés à Asnières - eux aux études, moi au travail - nous nous revoyons et sommes volontaires en qualité de brancardiers au service de la Défense Passive au Centre d'Asnières, l'un des plus importants de la région parisienne. Aux alertes, nous allons au centre de secours dirigé par Mme Darigaud [...]. Nous participons à tous les bombardements pour secourir les blessés et aussi hélas, ramasser les morts. Renault à Billancourt, la gare de triage de Trappes à côté de Versailles, la gare de la Chapelle à côté de la gare du Nord, le 12 de la rue des Amiraux à côté de la Piscine où il y a au moins quarante morts.
[...]"

"Mais c'était l'époque des Américains en Afrique du Nord, en Italie, Stalingrad etc. C'est l'époque où l'on adhère indirectement à Défense de la France (CNR Groupe Frenay). Nous sommes trop jeunes, ne servons que d'agents de liaison et n'avons que des tracts à distribuer. Pourtant cela s'organise mieux il m'est même possible, si complication, de prendre un avion relais entre l'Angleterre et la France, qui se pose à Saint-Valéry-en-Caux toutes les deux semaines le mercredi soir et repart aussitôt. Il nous est confié des fausses cartes d'identité, de ravitaillement, de travail pour remettre aux réfractaires du STO et aussi aux Juifs pourchassés. [...]"

Suit le récit de diverses actions et des possibilités offertes de partir dans le Vercors ou d'intégrer d'autres maquis FTP dans le Loiret ou dans l'Aube. Soupçonné de distribuer des tracts il finit par mettre son activité en sommeil.

"Le 6 juin arrive. J'avais pensé aller au devant des Alliés. Mais ma sœur, 16 ans et ma mère pouvaient avoir besoin de moi. De plus j'avais appris que notre père avait été dénoncé aux Allemands comme détenteur d'armes et déporté à Mauthausen où il est décédé le 3 mai 1945. En juillet 1944, je passe avec succès directement mon permis de conduire Poids lourds à Paris, place de la République. Ce permis, avec les événements, je ne l'aurai qu'en octobre 1944. Je n'aurai jusque là qu'une autorisation provisoire. Le général Leclerc débarque début août 1944. La 2ème DB s'ébranle. Nous suivons les événements au jour le jour. La Résistance sur Paris s'active davantage le 19 août, nous sommes enrôlés officiellement dans le secteur de la Garenne-Colombes-Courbevoie-Asnières avec le groupe FTP ; Rue Cardinet à Paris, je sors un camion d'essence au nez et à la barbe des Allemands. Les 24 et 25, Libération de Paris. Nous étions aux barricades au Pont d'Asnières puis à la Défense, Courbevoie d'où nous descendons tout droit sur l'Etoile. Nous stoppons à Neuilly où il y avait un nœud de résistance Blockhaus et où nous voyons les premiers soldats du 1er RMSM, calots rouges, mais là, le casque était de rigueur... Mortiers, bazookas et chars alliés et surtout avec des noms français ! [...]"

"Mes principaux amis voulaient rejoindre - ils y sont allés d'ailleurs - le 117ème bataillon de l'Air à la place Balard, Paris 15ème. Mais moi, avec mes lunettes, je n'avais aucune chance, sinon que d'être gonfleur d'hélice ! Je suis donc resté avec mes autres amis d'Asnières [...] Nous avons revu la 2ème DB se reposant un cours instant au Bois de Boulogne. Mais je ne pouvais partir sans prévenir les parents et ma sœur. J'ai donc laissé la 2ème DB repartir sur Saint-Denis sans m'y être engagé d'autant que dans notre groupe FTP il était question d'être affectés et équipés par les Américains et formés par le général Billotte, ancien colonel avec le général Leclerc et de faire partie de ce qui sera la 10ème D.I., casernée à Saint-Cloud puis Vincennes.[...]"

Voilà donc Pierre à la 10ème D.I. où il s'ennuie ferme, en Seine-et-Marne.

"Fin 1944... je m'ennuie de notre inactivité et profite d'une permission de huit jours pour me faire enrôler par la 2ème DB à Saint-Germain. D'autres copains l'avaient fait sans histoires ! Heureusement ou malheureusement, il m'est demandé mon métier : mécanicien. Alors en plus des classes courtes que nous avions, je suis affecté au garage et démonte, remonte voitures, camions et même m'initie aux chars. C'est d'ailleurs là que j'ai vu le 1er char Lilliput, chargé de mines et guidé automatiquement, ce qui m'éblouit. Saint-Germain, Maisons-Lafitte... le temps passe. Je travaille bien, mange bien, mais l'Alsace est passée. De temps en temps exercices été manœuvres et mars 1945 arrive. La 2ème DB descend sur Châteauroux en repos et seules quelques unités, dont le 12ème Cuirassiers où je serai affecté, descendent sur Royan pour nettoyer la poche où résistent encore les Allemands et où justement la 10ème D.I. du général Billotte exerce. Et je n'avais toujours rien fait sinon que de servir de chef d'équipe pour le garage à Saint-Germain où le général Leclerc vient nous rendre visite. La 2ème DB remonte et je la rejoins à Argenton-sur-Creuse où je suis affecté aide-chauffeur mécanicien à l'atelier régimentaire du 12ème Cuirassiers sur un camion-grue Wrecker qui m'enchante. Nous voici donc partis mais pas pour longtemps. Nous traversons la France. Châteauroux, Avallon, Langres, Chaumont et à Nancy nous sommes désignés Wrecker de secours pour toute la colonne. Nous restons donc d'avril à début mai à Nancy, faisant la manœuvre entre Chaumont et la frontière allemande. Nous rejoignons le 12ème Cuirassiers à Herrsching, sur le lac d'Ammersee après être passés à Strasbourg, Kohl, Nuremberg, Augsbourg, Munich, Dachau où je pensais retrouver mon père et cherchant Mauthausen que j'ignorais. Pendant notre court séjour à Herrsching, nous avons essayé d'aller à Mauthausen mais les Américains nous l'ont interdit. [...]"

"Je suis désigné pour un stage de perfectionnement à l'ER3 fixé à Montereau. Je m'en sors bien et serai même nommé brigadier un peu après mon retour. Passation de pouvoir du général Leclerc au général Dio. Adieu à Fontainebleau. [...] Je reste jusqu'au départ du régiment qui ira caserner à Evreux où je conduis le wrecker Hercule qui est toujours resté ma petite fierté. J'avais 19 ans, à peine 20 ans le 10 septembre 1945. J'ai quitté la 2ème DB le 25 octobre 1945. Il m'avait été proposé de rester et de me nommer maréchal des logis mais la carrière militaire ne me convenait pas. Le seul regret qui me pinçait était de quitter mes amis mais beaucoup étaient déjà démobilisés. Et puis la vie de caserne ne m'enchantait pas."


Pépé ! thumleft


Dernière édition par Cardamôme le Jeu 8 Oct 2015 - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cardamôme
Bavard


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Jeu 8 Oct 2015 - 18:46

Voilà les dernières photos dont je dispose montrant du matériel, probablement prises lors du défilé à Paris. Peut-être vous sont-elles déjà connues. Les autres photos sont peut-être moins intéressantes pour vous, elles montrent un groupe d'hommes aux visages maculés de suie, une colonne à pied et puis des photos du général Leclerc probablement lors de défilés et de revues des troupes. Je ne pense pas qu'elle soient inédites. Je les tiens tout de même à votre disposition si vous insistez. Smile







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent fournier
Langue pendue


Nombre de messages : 1020
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers   Jeu 8 Oct 2015 - 20:52

Bonsoir,

ces photos ont été prises le 18 juin 1945, date des plus significative.

Crdlt
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cardamôme
Bavard


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Jeu 8 Oct 2015 - 21:57

Merci ! Celles-là sont donc clairement resituées ! Very Happy

Quant aux autres photos et si j'en crois l'extrait de ses états de service, Pierre est "EVDG" le 10 octobre 44 à la 2ème DB. Il affecté à l'EHR le 26 avril 45 et franchit la frontière le 29. Retour vers la France le 24 mai et franchissement de la frontière le 28. Le 30, son unité est en région parisienne. Le 4 octobre il est nommé brigadier et le 28 octobre, il est démobilisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LGD-501
Langue pendue


Nombre de messages : 704
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Ven 9 Oct 2015 - 8:11

Cardamôme a écrit:
Voilà les dernières photos dont je dispose montrant du matériel, probablement prises lors du défilé à Paris. Peut-être vous sont-elles déjà connues. Les autres photos sont peut-être moins intéressantes pour vous, elles montrent un groupe d'hommes aux visages maculés de suie, une colonne à pied et puis des photos du général Leclerc probablement lors de défilés et de revues des troupes. Je ne pense pas qu'elle soient inédites. Je les tiens tout de même à votre disposition si vous insistez.  Smile

Bonjour,

La première photo montre le char Auvergne du GTL (affecté au 12e RCA)

Sur la seconde photo, le char de tête est soit le Brantome II (12e Cuirs) soit l'Ile de France II (12e RCA)

Les engins de la 3e photo ne sont pas identifiables

La 4e photo présente très probablement le Meknes II du 12e Cuirs.

Cordialement

LGD-501 salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazzoni jean-paul
Bavard


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 29/10/2015

MessageSujet: chasse en forêt noire hiver44/45   Lun 2 Nov 2015 - 20:55

Bonsoir Cardamôme,cet hiver-là,le 12 cuir était en Alsace région de Friesenheim,température glaçial.Je ne pense pas que cette chasse ai eu lieu à ce moment-là,toutefois,je t'informe que mon père était dépanneur,chauffeur de Half track au 12 eme cuir.il a reçu une citation ".....pour de nombreux dépannages sous le feu ennemi"une en forêt de Mondon(Baccarat) et Freisenheim.Il ont du se connaître certainement.Mon père est décédé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.   Aujourd'hui à 2:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Recherche sur un soldat, mécano du 12e cuirassiers.
» Recherche Seau de Soldat Toy Story
» recherche sur un soldat
» Recherche d'un soldat de la 2ème DB
» Recherche infos soldat Polonais.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La 2ème Division Blindée de Leclerc :: - :: La Guitoune II-
Sauter vers: